Bibliographie incontournable…

001953625.png

Dans la peau d’un chien
Alexandra Horowitz
traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christophe Rosson
Flammarion , Paris
collection Champs , numéro 1026
Parution :  octobre 2011
 
Résumé
Docteure en sciences cognitives et spécialiste de psychologie animale, l’auteure propose un regard nouveau sur les chiens, qui refuse tout anthropomorphisme et met le lecteur dans la peau de son chien.
 
Quatrième de couverture
 
Vous croyez tout savoir sur votre chien ? Et pourtant… la complicité que vous partagez avec lui, les messages que vous croyez lire dans ses yeux, les émotions que vous lui prêtez ne sont-ils pas l’effet de votre imagination, la projection de votre mode de pensée sur le sien ? Bien souvent, en effet, nous nous représentons l’univers animal à partir de la réalité humaine.
 
Le meilleur moyen de comprendre un chien, c’est d’oublier tout ce que l’on croit savoir sur lui et d’adopter son point de vue. De se mettre littéralement dans sa peau : voilà ce que propose Alexandra Horowitz, éthologue passionnée, dans cet ouvrage aussi documenté que divertissant.
 
Imaginez ce que serait votre vie à soixante centimètres du sol, à hauteur de truffe, et vous comprendrez beaucoup de choses : ce que le chien devine en vous sentant (vos émotions, vos maladies), pourquoi il préfère votre lit à son panier, pourquoi il court après les vélos et se roule dans les flaques, s’il se sent coupable quand il fait des bêtises, s’il s’ennuie en votre absence…
 
Au fil des expériences et des anecdotes, vous découvrirez les capacités sensorielles et cognitives de votre fidèle compagnon. Et plus jamais vous ne le regarderez de la même façon.

ethologie-comportement animal et humain

Mémoire de singe et paroles d’homme
Boris Cyrulnik     
 
Pluriel , Paris
collection Pluriel
Parution :  juillet 2010
 
Résumé
Le neurologue et psychiatre B. Cyrulnik montre que l’éthologie construit une anthropologie où la psychologie animale constitue un trésor à hypothèses et un modèle pour la recherche. L’observation du comportement des animaux et l’étude de leur psychologie permettent de mieux appréhender l’animalité qui est en chacun, mais aussi de souligner l’importance de la dimension humaine.
 
Quatrième de couverture
 
Le signe figé dans son isolement recommence à vivre lorsqu’on lui offre un leurre sur lequel il peut fixer son affection, la paralysie hystérique du chien disparaît quand ses maîtres le caressent : les animaux connaissent donc aussi la souffrance psychique et l’étude de celle-ci peut nous en apprendre beaucoup sur la psychologie humaine. 
 
Dans ce livre très vivant, plein d’anecdotes, écrits dans un langage simple et drôle, Boris Cyrulnik montre que l’éthologie est une des voies les plus fécondes pour explorer les soubassements biologiques du comportement. Peut-être alors regarderons-nous autrement l’enfant abandonné qui se laisse mourir de faim parce qu’il n’a rencontré personne à aimer.

Les émotions des animaux

Les émotions des animaux
Marc Bekoff
 
avant-propos de Jane Goodall
traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nicolas Waquet
Rivages , Paris
collection Rivages-Poche , numéro 773
Parution :  janvier 2013
 
Résumé
 
Dans la lignée de Darwin, l’auteur, biologiste, montre, en s’appuyant sur des anecdotes et comptes-rendus d’expériences éthologiques, que les animaux éprouvent des sentiments qui ne sont pas des réactions instinctives mais la manifestation d’une vie affective. Privilégiant l’étude de terrain et l’observation des animaux au sein de leur environnement, il dialogue avec les théories d’autres auteurs.
 
Quatrième de couverture
 
Aucune frontière nette ne sépare l’espèce humaine du reste du règne animal.
 
Avec Les Émotions des animaux, une voix puissante vient s’ajouter au choeur toujours plus vaste de ceux qui tentent de transformer nos comportements vis-à-vis des animaux, ces êtres avec lesquels nous partageons cette planète.

dominance.png

Dominance, mythe ou réalité
Barry Eaton
 
Editions du génie canin 
 
Description de l’ouvrage
 
Existe-t-il des chiens qui chercheraient à dominer l’espèce humaine ? Naissent-ils génétiquement dominant ? Est-ce que les maîtres doivent se montrer dominants envers leur chien ? Voilà un sujet toujours d’actualité qui n’a jamais fait autant couler d’encre ces dernières années chez les experts du monde canin. Dominance, mythe ou réalité est le second livre de Bary eaton. Il y explore un concept alternatif en s’interrogeant sur la façon dont les chiens pourraient se percevoir dans leurs rapports à l’humain. Un livre au coeur de l’actualité que tous les maîtres de chiens devraient posséder dans leur bibliothèque qui changent définitivement nos rapports avec eux pour le meilleur.

konrad Lorenz

L’agression
une histoire naturelle du mal
Konrad Lorenz
 
traduit de l’allemand par Vilma Fritsch
Flammarion , Paris
collection Champs , numéro 20
 
Résumé
Réflexion sur l’agressivité et ses modes de régulation chez l’animal et l’homme.
 

Quatrième de couverture
 
Dans ce livre, Konrad Lorenz montre que l’agression n’a en elle-même rien de pathologique ou de « mauvais ». Elle est un « instinct » qui, comme beaucoup d’autres, aide à la survie des espèces. C’est l’agressivité qui, par exemple, contribue à la sélection des sujets les plus forts et les plus aptes à la reproduction.
 
Mais si le comportement agressif peut être parfois exagéré jusqu’à devenir nuisible et manquer son but, l’évolution a « inventé » des mécanismes ingénieux pour diriger cette agressivité vers des voies inoffensives. Chez l’homme, à qui manque malheureusement ce dispositif de sécurité, l’instinct d’agression semble avoir dépassé son utilité depuis que les armes modernes ont multiplié les possibilités de destruction.
 
Pour l’auteur, l’étude de la conduite des animaux peut nous éclairer sur les dangers qui nous guettent. En se penchant avec un humour attentif sur les mariages des oies sauvages, les combats territoriaux de certains poissons ou les inhibitions quasi morales des loups, Lorenz entraîne le lecteur vers des réflexions imprévues et toujours profondes.

Comportementaliste-conscience animale

L’émergence de la conscience
de l’animal à l’homme
Discussions avec sir John Eccles, Miriam Rothschild et Donald Griffin
 
Derek Denton
traduit de l’anglais par Jean-Paul Mourlon
préface Michel Jouvet
 
traduit de l’anglais par Jean-Paul Mourlon
préface Michel Jouvet
Flammarion , Paris
collection Champs , numéro 397
 
Résumé
 
Traite du phénomène de la conscience en comparant les formes de conscience animale et humaine. L’ouvrage se termine par un dialogue entre l’auteur et sir John Eccles, prix Nobel de physiologie et de médecine 1963, spécialiste du cerveau.
 
Quatrième de couverture
 
C’est dans une perspective résolument évolutionniste que Derek Denton aborde le phénomène de la conscience en comparant les formes qu’il revêt chez l’homme et chez l’animal. La capacité animale de forger une « image de soi », de rêver, de mémoriser, d’éprouver des « sentiments » est très variable selon les espèces : le présent ouvrage offre un panorama de la complexité croissante du comportement animal à mesure que l’on remonte l’arbre de l’évolution.
 
« Je souhaite au lecteur, écrit Michel Jouvet dans sa préface, de découvrir avec plaisir et sans difficulté les idées passionnantes, souvent nouvelles, que seul un grand physiologiste ayant passé sa vie à s’émerveiller devant les régulations et le concept d’émergence pouvait écrire. […] Derek Denton a le grand mérite d’avoir remis la conscience dans la perspective de la physiologie comparée, et de l’avoir à nouveau sortie du domaine de la biologie moléculaire, des quanta, de l’intelligence artificielle et de la bêtise naturelle. »

 

 Et d’autres ouvrages tout autant passionnants!